+33 (0)7 49 40 65 40 contact@stephanedelaporte.fr

Comment l’hypnose permet d’apprécier le stress !

Le stress c’est mauvais ! Il faut l’éradiquer ! wink Ah bon ?! surprised

Je ne suis pas d’accord et j’explique pourquoi.

Le stress

Cet article ne va pas faire l’apologie du stress, mais il ne va pas non plus en faire un horrible dictateur destructeur de vie.

Il est très clair que le stress est une réalité parfois douloureuse pour les personnes qui le subissent. Et justement, le fait de le subir augmente son pouvoir et on entre dans un cercle vicieux.

Je vous propose donc d’aller à sa rencontre et de le découvrir (en faire son interview ?)

De mon point de vue le stress est une émotion, et pour l’essentiel, c’est une peur. Ou plutôt un mélange de plusieurs peurs.

La colère peut s’ajouter aux peurs. Cette colère est elle-même générée par notre incapacité à gérer notre stress. Et du coup cette colère ne fait qu’alimenter notre stress.

Vous le percevez le cercle vicieux du stress ?

 

Le bon stress et le mauvais stress :

Prenons un peu de recul et observons le stress d’un peu plus loin.

En fait, le stress a deux visages :

  • Le mauvais stress, celui qui empêche de passer à l’action.
  • Et le bon stress, celui qui est un moteur et qui permet d’aller vers ce qui nous anime, de nous dépasser, d’évoluer dans la vie et de réaliser nos projets.

La frontière est parfois fine entre les deux. Dans certains cas, une simple prise de conscience du message envoyé par notre stress, permet d’envisager les choses sous un angle bien différent et d’apaiser ce stress. Parfois, il est intéressant d’aller plus loin, c’est-à-dire au-delà de ce qui est conscient.

Nous parlerons peu du bon stress dans cet article. Remercions-le et souhaitons juste qu’il prenne une place plus importante dans nos vies puisqu’il nous fait avancer.

Mais si vous êtes là, c’est que le mauvais stress a un part non négligeable dans votre vie, et nous allons prendre le temps d’aller à sa rencontre.

C’est parti ?

 

Pourquoi le mauvais stress est-il si douloureux ?

La plupart d’entre nous, face au mauvais stress, le jugeons négativement et lui attribuons de mauvaises motivations.

  • Le stress est un signal, et ce signal nous raconte quelque chose d’important.
  • Le stress a une intention, celle de chercher fondamentalement à nous protéger et nous éviter de souffrir. Mais il arrive parfois que cette intention a été très utile dans les débuts de notre vie et qu’aujourd’hui, ce n’est plus qu’un conditionnement appris, dont nous sommes encore prisonniers.

Et puis, comme nous ne sommes généralement pas éduqués à la gestion des émotions, la peur (le stress) est mal vue. Nous n’avons peut-être même pas le « droit » d’avoir peur, cette émotion « mal aimée » est enfouie, écartée, ignorée.

Et comme toute émotion non écoutée, elle s’exprime toujours plus fort.

N’avez-vous pas remarqué qu’un enfant qui cherche à parler à son parent en lui tirant sur le pantalon : « Maman ? Mamaaann !?! Mamaaaaaannnn !!???!! » va parler encore plus fort et tirer de plus en plus fort sur le pantalon pour se faire entendre, non ?

Que devrions-nous faire ?

Prendre le temps de le reconnaitre : « Mon chéri, je t’ai entendu, je finis ma discussion et je t’écoute juste après ».

Ça calme, non !?

Et bien sûr, ne pas oublier d’écouter son enfant juste après, sinon la prochaine fois, il va crier encore plus fort.

Et bien nous devrions avoir ce même rapport avec nos émotions. Si elle ne sont pas écoutées, elle vont s’exprimer toujours plus fort et générer des symptômes toujours plus importants :

  • Sommeil perturbé
  • Douleurs psychosomatiques (maux de ventre, …)
  • Tomber plus souvent malade
  • Problèmes cutanés (eczémas, …)
  • Ruminations
  • Addictions (tabac, alcool, jeux, …)

Et si le stress va vraiment trop loin, on va parler de fatigue psychique puis de burn-out dans les cas extrêmes.

 

Nos comportements possibles face au stress :

Il y a :

  • la fuite
  • la sidération ou l’immobilisme
  • l’attaque.

Dans le fond, il n’y pas de comportements meilleurs qu’un autre. Le comportement idéal reste celui que l’on choisit d’adopter consciemment plutôt que celui que l’on subit inconsciemment.

Dans une situation professionnelle répétitive où nous nous sentons toujours stressé, ce stress peut signifier que la situation ne nous convient pas et qu’il est temps de partir, de choisir une autre voie. Est-ce que fuir ici est une bonne option ? Ça dépend, mais ça peut.

Dans une situation personnelle, où une relation avec un.e ami.e vous stress parce que vous aimeriez lui dire ce que vous avez à lui dire et vous avez peur d’en souffrir ou de faire souffrir. Est-ce que l’attaque (ex : provoquer la discussion) ici est une bonne option ? Ça dépend, mais ça peut.

Idem avec une réponse provoquant l’immobilisme ou la sidération. Face à un évènement particulièrement dangereux (ex : attentats, viol), la sidération est un mécanisme de défense inconsciente dont la seule intention est celle de vous sauver la vie. Et contre intuitivement, c’est sans doute la meilleur chose que vous pouviez faire pour vous.

Pour moi, il y a deux paramètres importants à prendre en compte :

  • Comme on vient de le voir, il n’y pas de réponse au stress qui soit meilleure qu’une autre
  • Il est intéressant de mettre en lumière ce qui génère notre stress pour « travailler » sur la cause et non sur le symptôme

Par contre, mon approche n’a pas pour objectif de déterminer l’origine de la cause, c’est un autre métier. 😊

Comment « gérer » son stress :

Comme vu juste avant, l’idée est de s’ouvrir à ce que le stress nous « raconte ». Et pour s’y ouvrir, il ne s’agit pas de s’obliger à y réfléchir. Il s’agit de laisser de l’espace mental pour permettre l’émergence des causes possibles du stress.

Avant même de vous faire accompagner sur le sujet, octroyez-vous du temps pour tenter l’expérience de l’espace mental avec des choses simples selon le temps que vous avez :

  • Cohérence cardiaque – 3 x 5 min par jour
  • Méditation en pleine conscience (que vous pouvez faire en marchant) – 20 min par jour
  • Marche dans la nature de 30 min par jour (en silence)

Ces actions présentent des bienfaits rien qu’en les pratiquant, et réduisent les impacts du stress sur votre corps.

Si après avoir pratiqué l’une de ces premières pistes pendant quelques semaines, que rien n’apparait et que le stress vous submerge encore, alors il semble intéressant de questionner l’inconscient avec l’hypnose.

Le RITMO ou l’EFT peuvent aussi aider dans des stress aigus à faire retomber la charge émotionnelle avant d’engager le travail avec l’hypnose.

Une fois la cause du stress mise en lumière, vous pouvez plus facilement envisager des actions à mettre en place pour y répondre. De la même manière, créer un espace mental pour faire émerger vos idées est une piste intéressante.

Là aussi, vous pourriez avoir besoin d’un accompagnement personnalisé. Non pas de ceux qui vont vous dire quoi faire à votre place, mais plutôt de ceux qui vont vous permettre de trouver les meilleures pistes possibles pour trouver une réponse satisfaisante à votre stress.

Je reste convaincu que la meilleure réponse est en vous. Parfois difficilement accessible, je vous accompagne à la trouver.

 

Conclusion :

La plupart du temps, nos processus de réaction au stress sont inconscients.

Noyés dans nos vies trépidantes, nous ne prenons pas le temps d’un recul nécessaire pour se demander ce qu’il se passe en nous.

S’octroyer des espaces mentaux ou se faire accompagner avec l’hypnose sont des pistes intéressantes pour faire émerger avec authenticité comment nous réagissons (fuite/immobilisme/attaque), pourquoi nous le faisons et ce dont nous avons besoin.

Je vous propose d’envisager le stress comme un messager ou comme une boussole qui nous rappelle ce qui est important pour nous et ce qui n’est pas satisfait dans notre vie.

Même si ses messages ne sont pas toujours agréables à entendre, où que les directions à prendre ne sont pas les plus simples, ces émotions nous disent que nous ne sommes pas alignés avec ce que nous sommes au plus profond de nous.

 

Et vous, que faites-vous quand vous stressez ? Partagez le dans les commentaires.

Pensez à partager, merci !