+33 (0)7 49 40 65 40 contact@stephanedelaporte.fr

Comment le coaching (avec l’hypnose) peut vous permettre de faire vos choix

Voilà une question que l’on s’est tous posé au moins une fois. 😊

Qu’est-ce qu’un bon choix ?

Le « BON » choix est-il possible ?

Ai-je fait le bon choix ?

Je n’arrive pas à choisir ou à décider !

Je vous propose d’explorer ce (vaste) sujet de choix. 😊

Clairement, tous les choix ne se valent pas. Entre se faire des œufs cocotte versus des œufs sur le plat pour le diner ou devoir choisir entre quitter son mari versus consolider son couple, les enjeux ne sont pas de même nature.

Les choix les plus difficiles sont ceux qui engagent une partie de sa vie sur un temps (à priori) non négligeable. C’est ceux, dont on a le plus peur des conséquences. D’ailleurs si on a peur c’est que ça nous raconte que le choix qui est proposé/imposé là, devant nous, est justement important. Salut la peur ! C’est tout l’intérêt de nos émotions.

 

Si je voulais faire une analogie, je dirais que la vie est un chemin (une route, une autoroute, ou autre sentier…) sur lequel nous sommes engagés. Et ce chemin possède de nombreuses autres directions que l’on peut/souhaite (ou pas) emprunter. Chaque croisement est un choix à faire. J’ajouterai qu’il est même possible de se créer de nouveaux chemins (opportunités) pour prendre de nouvelles directions. Créer un chemin, c’est parfois juste l’imaginer et le voir apparaitre (il existait mais on ne l’avait pas vu) ou le tracer (ce qui nécessite de faire quelque chose de spécifique comme se former à un nouveau métier). Je reviendrai tout au long de cette article sur l’analogie du chemin.

Je partage avec vous cette citation :

« La vie est une question à choix multiples. »

 

Ce préambule un peu général étant fait, j’aimerai présenter certains points spécifiques liés à la notion de choix.

 

Choisir c’est renoncer

Et renoncer c’est faire des deuils de situations antérieures (prendre à droite et quitter le chemin que lequel on était). Ou, si on prend à gauche, ne pas savoir à quoi ça ressemble l’autre chemin, accepter de ne pas l’avoir exploré.

 

Choisir c’est souffrir

Toute proportions gardées, souffrir ça peut être « simplement » de l’inconfort

Mais même de l’inconfort, on n’apprécie pas trop… On aimerait pouvoir faire des choix qui n’impliquent pas de souffrir du tout. Est-ce possible ?

Prendre à gauche sans être sûr de la nature du terrain, de la qualité de son équipement, ça peut susciter de l’inconfort… Et puis ce chemin, là, il a l’air de grimper fort, vais-je y arriver ?

 

La vie est impermanente, les choix ont souvent une date de péremption

Il n’y a pas de choix qui restent valables toute le reste de sa vie (sans révision), il y a le meilleur (parfois le moins pire) choix possible au moment où il est fait. La vie est impermanente : les gens changent, la société change, vous changez au gré des rencontres, des expériences de vie, des apprentissages, etc, donc vos choix fait à 20 ans ne vous correspondent plus nécessairement à 40 ans.

si par exemple à 25 ans, vous décidez de faire des enfants. Vous imaginez la vie de famille de telle ou telle manière. Trois ans plus tard, une opportunité professionnelle vous tend les bras, et vous vous demandez si c’était finalement le meilleur moment pour faire vos enfants compte tenu des impacts de cette proposition professionnelle sur votre vie de famille. Sans remettre en cause l’amour que vous portez à vos enfants et l’importance qu’ils ont pour vous, vous révisez vos choix à la lumière de nouveaux événements et faites de nouveaux choix. Et peu importe votre décision, vous voyez que les choix d’hier ne sont pas éternels, les contextes changent en permanence.

Prendre ce chemin à 25 ans, gravir quelques montagnes, braver quelques tempêtes, avoir eu l’occasion d’admirer un paysage auquel vous ne vous attendiez pas, faire des rencontres que vous n’auriez pas fait autrement, et se dire, trois ans plus tard que le chemin pris trois ans plus tôt n’était peut-être pas le « bon »…

 

Choisir, c’est avoir plusieurs options à sa disposition

Choisir c’est avant tout avoir plusieurs options à sa disposition, sinon, c’est un non-choix, donc une contrainte. Si vous pensez ne pas avoir de choix, faites-vous accompagner pour sortir du cadre et voir ce que vous ne pouvez pas voir dans votre cadre de référence. Il est possible de se créer des chemins différents et de se redonner le choix.

 

Un choix est rarement définitif

Dans le fond, si vous faites ce choix-là, à quel point est-il définitif ? A quel point ne vous est-il pas possible de revenir en arrière, de défaire ce qui a été fait, ou de changer à nouveau de choix et d’ajuster votre choix en fonction des expériences vécus et des enseignements tirés des premiers choix ?

Choisir c’est rarement irrémédiable, on peut souvent revenir (en arrière) sur ses choix.

Sur son chemin, qu’est ce qui empêche d’opérer un demi-tour et de retourner au dernier carrefour ?

 

On a toujours le choix

Ça pique à entendre, non ? Surtout quand on est face à un choix difficile. La première chose qui nous vient à cet endroit-là en général, c’est : « Mais t’es marrant toi, franchement, est ce que tu crois que j’ai le choix ? »

On a toujours le choix, même si les choix sont parfois difficiles, et même s’il faut se créer de nouveaux choix. Nous perdons la possibilité de s’ouvrir à (ou de les voir) de nouveaux choix quand nos émotions, trop présentes, nous empêchent de le faire et de prendre du recul. Elles nous empêchent de prendre du recul parce que nous ne savons pas toujours les écouter.

Prendre du recul, regarder la situation sous un angle différent, se projeter dans les conséquences possibles et/ou fantasmées de ces choix… sont des techniques utiles pour s’ouvrir le champ des possibles.

 

Ne pas choisir, c’est choisir

Ne pas choisir, c’est choisir (de laisser faire, de subir) de laisser les autres (ou la vie comme on dit) décider et de s’en plaindre ensuite…

Ne pas choisir, c’est choisir de ne pas prendre sa vie en main, de ne pas prendre ses responsabilités.

Sur son chemin, c’est ne jamais prendre des directions différentes à chaque intersection. Alors pourquoi pas ne pas prendre ces autres chemins, si c’est un vrai choix. 😊

 

Choix et émotions

Le choix est très souvent synonyme d’anxiété (la petite sœur de la peur). L’anxiété raconte que l’on fantasme un futur possible, sans certitude, et cette incertitude créé l’anxiété. Même si la plupart des possibilités fantasmées concernant un choix à faire ne se réaliseront pas.

Alors en cabinet, on peut justement aller explorer, se confronter à ces futurs possibles, d’aller visiter un avenir fantasmé, et de se projeter en toute sécurité.

En cabinet, on peut aussi aller explorer le futur possible, sans avoir fait d’autres choix que celui de laisser « la vie » décider à notre place et « voir »… en toute sécurité.

Et pour continuer le parallèle entre choix et émotions, les neurosciences nous expliquent que le choix est largement guidé par nos émotions. L’un ne va pas sans l’autre. Savoir écouter ses émotions pour les prendre en compte dans nos choix s’avère bénéfique. Nous gagnons en liberté d’action. La tête analyse, le corps ressent et les deux nous aident à la prise de décision. J’ai bien dit les deux. 😊 ex : la peur ne nous raconte pas qu’il faut nécessairement fuir une situation : ça dépend.

 

 

Avant de conclure, oui, il existe nécessairement quelques situations rares où les choix n’existent pas. Oui, sans doute, mais les exceptions ne font pas la règle. Et si la vie nous impose quelque chose, on peut aussi décider d’en faire quelque chose. Ce sera probablement moins simple, mais c’est possible.

 

Conclusion

J’aime beaucoup cette citation :

 « La pire décision de toutes est celle que l’on n’a pas prise. »

Je la transpose aisément ainsi :

« Le pire choix de tous est celui que l’on n’a pas fait. »

 

A la fin, faites VOTRE choix et soyez-en responsable à 100%.

Vous l’aurez compris, le choix est un sujet à multi-facettes.

J’accompagne les personnes indécises à utiliser la facette de leur personnalité qui leur est la plus bénéfique pour faire leur propre choix. Facette qu’elles ignorent la plupart du temps, faute de recul sur qui elles sont, ce qui les motivent, en quoi elles croient, quels sont leurs besoins, quelles sont leurs valeurs, etc…

Je vous accompagne pour faire connaissance avec vous-même, et vous permttre de faire vos propores choix en toute autonomie.

 

Le mot de la fin, je vous partage une de mes philosophies de vie, au travers cette dernière citation, avant de vous laisser sur VOTRE chemin :

« L’important n’est pas la destination, mais le voyage »

Bon vent ! 😊

 

Et vous, comment faites-vous vos choix ?

 

Abonnez-vous à ma page FaceBook et vous recevrez mes articles et autres infos (ateliers) au fil de l’eau. 😊

Pensez à partager, merci !